Faible taux de testostérone

Aperçu

La testostérone est une hormone fabriquée principalement par les testicules chez l'homme. Elle joue un rôle important dans la fabrication de nouveaux globules rouges, l'augmentation de la masse et de la force musculaires, l'amélioration de la libido, le maintien de la production de sperme et l'amélioration de la densité osseuse.

Un taux de testostérone faible est généralement dû à l'un des problèmes suivants :

  • Les testicules ne produisent pas un niveau normal de testostérone, même si le cerveau envoie les bons signaux. C'est ce qu'on appelle l'hypogonadisme primaire.
  • La partie du cerveau qui envoie normalement un signal aux testicules pour fabriquer de la testostérone (l'hypothalamus ou l'hypophyse) ne fonctionne pas correctement. C'est ce qu'on appelle l'hypogonadisme secondaire.

Il est normal que le taux de testostérone diminue avec l'âge. À 60 ans, 20 % des hommes ont un faible taux de testostérone. On estime que 4 millions d'hommes américains vivent avec un faible taux de testostérone, mais seuls 5 % environ reçoivent un traitement.

Symptômes

L'une des raisons pour lesquelles de nombreux hommes ayant un faible taux de testostérone ne sont pas traités est qu'il peut être difficile de faire le diagnostic. Un simple test de laboratoire ne suffit pas pour établir le diagnostic. Un faible taux de testostérone est diagnostiqué à la fois par une valeur de laboratoire anormale et par la présence d'au moins un des symptômes suivants :

  • Faible libido
  • Diminution du niveau d'énergie, de l'endurance ou de la force physique
  • Diminution de la masse musculaire maigre ou de la force physique
  • Difficulté à gagner de la masse musculaire maigre ou à perdre de la graisse corporelle
  • Dysfonction érectile ou impuissance
  • Infertilité masculine
  • Dépression
  • Troubles de l'humeur
  • Irritabilité
  • Mauvaise mémoire
  • Difficulté de concentration
  • Bouffées de chaleur

Les autres symptômes physiques d'un faible taux de testostérone que les hommes peuvent remarquer sont l'augmentation de la graisse corporelle dans la zone abdominale, la diminution de la pilosité corporelle, la réduction de la taille ou de la fermeté des testicules, l’augmentation du volume des seins et la perte de muscles. Si la testostérone influence les changements de voix et la taille du pénis pendant la puberté, elle n'a pas cet effet chez les adultes. Tout comme l'œstrogène est important pour la santé des os chez les femmes, la testostérone est importante pour la solidité des os chez les hommes. Les hommes dont le taux de testostérone est faible courent un risque accru d'ostéoporose et de fractures.

Causes

Dans de rares cas, une faible teneur en testostérone peut être due à l'une des conditions suivantes qui peuvent être présentes à la naissance :

  • Le syndrome de Klinefelter. Cette condition est dû à une anomalie des chromosomes qui se caractérise par un chromosome X supplémentaire entraînant un développement anormal des testicules.
  • Le syndrome de Kallman. Cette condition est le résultat d'un développement anormal dans la zone du cerveau qui contrôle la sécrétion des hormones pituitaires. Les hommes atteints du syndrome de Kallman sont généralement incapables de sentir (anosmie) et souffrent de daltonisme rouge-vert.
  • Testicules non descendus. Les testicules se développent à l'intérieur de l'abdomen in utéro et descendent progressivement vers le scrotum à la naissance. En cas de problème dans ce processus, l'un ou les deux testicules peuvent ne pas fonctionner correctement.
  • Le syndrome de Noonan. Cette condition est dû à un gène altéré (muté) qui entraîne de multiples anomalies congénitales, y compris des testicules non descendus.

Généralement, un faible taux de testostérone est dû à l'une des conditions ou expositions suivantes :

  • Vieillissement normal. La testostérone diminue progressivement avec le vieillissement normal.
  • Trauma aux testicules. Si un testicule est blessé, l'autre testicule produit habituellement suffisamment de testostérone et de sperme pour compenser. Les taux peuvent être exceptionnellement faibles si l'autre testicule ne fonctionne pas normalement.
  • Chimiothérapie ou radiothérapie. Divers types de traitement du cancer peuvent interférer avec la production de testostérone et de sperme. Les effets du traitement peuvent être temporaires ou entraîner des changements permanents.
  • Les tumeurs pituitaires. Une tumeur située près de la glande pituitaire dans le cerveau peut affecter la production de testostérone ou d'autres hormones.
  • Obésité. Une augmentation de la graisse corporelle affecte la production de testostérone en augmentant la conversion de la testostérone en œstrogène.
  • Maladie hépatique. Les maladies du foie affectent la production de testostérone et la disponibilité de la testostérone sous sa forme active.
  • Orchite ourlienne. Une infection des oreillons pendant l'enfance peut affecter de façon permanente la production de testostérone et de sperme.
  • VIH/SIDA. Le VIH/sida peut affecter l'hypothalamus, la pituitaire et les testicules.

Médicaments. Il existe divers médicaments, dont les anabolisants stéroïdiens, les opiacés et les glucocorticoïdes, qui peuvent affecter la production de testostérone.

Diagnostic

Un faible taux de testostérone doit être diagnostiqué par un prestataire de soins de santé, avec une anamnèse, un examen physique et des tests de laboratoire.

Anamnèse

Les questions que votre prestataire de soins peut vous poser sur vos antécédents sont les suivantes :

  • Âge auquel vous avez atteint la puberté par rapport à vos pairs
  • Maux de tête ou changements de vision
  • Perte ou diminution de la capacité olfactive
  • Antécédents de traumatisme crânien
  • Antécédents de trauma ou d'infections testiculaires
  • Antécédents d’oreillons
  • Utilisation actuelle ou antérieure de stéroïdes
  • Consommation actuelle ou antérieure d'opiacés
  • Utilisation actuelle ou antérieure de glucocorticoïdes
  • Antécédents de chimiothérapie ou de radiothérapie
  • Antécédents de diabète, d'accident vasculaire cérébral (AVC) ou de crise cardiaque
  • Consommation d'alcool
  • Antécédents en matière de tabagisme
  • Consommation de drogues illicites, y compris la marijuana
  • Histoire familiale de conditions associées avec une testostérone basse

Examen physique

Votre médecin vous examinera pour les points suivants :

  • Indice de masse corporelle ou de tour de taille
  • Signes de syndrome métabolique tels qu'une pression artérielle élevée, une glycémie élevée, un excès de graisse corporelle autour de la taille et des taux de cholestérol ou de triglycérides élevés
  • Augmentation de la pilosité corporelle
  • Seins augmentés de volume (gynécomastie)
  • Taille, fermeté et emplacement des testicules
  • Taille de la prostate et toute anomalie

Tests de laboratoire

Votre médecin peut vous demander de faire les analyses sanguines suivantes :

  • Taux de testostérone total. Le taux normal de testostérone atteint son maximum le matin et diminue le reste de la journée. Pour confirmer un diagnostic de taux de testostérone faible, vous devez faire mesurer votre taux à deux reprises, toutes deux entre 7h et 10h du matin. Un taux anormal est considéré comme inférieur à 300 ng/dl, bien que le nombre exact puisse varier en fonction de vos symptômes.
  • Hormone lutéinisante. Ce test est effectué pour rechercher les causes d'une faible testostérone. Un taux anormal peut indiquer un problème pituitaire.
  • Taux de prolactine. Un taux de prolactine élevé peut être le signe d'un problème pituitaire ou d'une tumeur.
  • Taux d'hémoglobine. Taux d'hémoglobine. Une baisse du taux d'hémoglobine peut être observée chez les hommes ayant un faible taux de testostérone. Le professionnel de santé doit vérifier votre taux avant de commencer tout traitement pour une faible teneur en testostérone, car certains traitements peuvent augmenter le taux.

Après avoir confirmé un faible taux de testostérone, votre médecin peut vous prescrire l'un des tests suivants :

  • Hormone folliculo-stimulante. Cette hormone est importante pour la production de spermatozoïdes, et doit être vérifiée si vous avez un nombre anormal de spermatozoïdes.
  • Taux d'œstradiol. Cette hormone doit être vérifiée si vous avez des symptômes mammaires, si vous êtes obèse ou si vous envisagez de prendre certains médicaments pour traiter un taux de testostérone faible.
  • Hémoglobine A1c. Il s'agit d'un test sanguin permettant de dépister le diabète.
  • APS (antigène prostatique spécifique). Il s'agit d'un test sanguin utilisé pour le dépistage du cancer de la prostate. Le taux d'APS doit être vérifié chez les hommes de plus de 40 ans avant de commencer un traitement à la testostérone et pendant le traitement pour surveiller les changements.
  • IRM cérébrale. Ce test est effectué pour rechercher des anomalies ou des tumeurs de la glande pituitaire si vous présentez les symptômes d'un problème de l'hypophyse comme des maux de tête ou des changements visuels, ou si votre taux de prolactine est élevé.
  • Test de densité osseuse (scan DEXA). Il s'agit d'un test permettant de détecter une diminution de la densité minérale osseuse, appelée ostéopénie ou ostéoporose, selon la gravité.
  • Analyse du caryotype. Il s'agit d'un test chromosomique permettant de diagnostiquer le syndrome de Klinefelter.

Traitements

Avantages de l'utilisation de la testostérone

Le rétablissement d'un faible taux de testostérone à un niveau normal peut améliorer votre libido, votre fonction érectile (votre capacité à obtenir et à maintenir une érection) et la fréquence des érections spontanées (érections du matin). Si la diminution de votre désir sexuel ou de votre dysfonction érectile est dû aux médicaments que vous prenez ou à d'autres conditions médicales (telles que le diabète ou l'hypertension), il se peut que vous ne ressentiez pas d'amélioration significative de ces symptômes, même avec un traitement à la testostérone.

La suppléance à la testostérone peut améliorer votre niveau d'énergie, votre humeur et votre endurance physique. Vous constaterez peut-être aussi qu'il est plus facile de développer sa masse musculaire et/ou de perdre de la graisse corporelle grâce à un régime alimentaire et à un programme d'exercices. La testostérone peut également être bénéfique pour augmenter la densité minérale osseuse et prévenir l'ostéoporose, en particulier chez les hommes âgés.

Pour les hommes soucieux de maintenir leur fertilité, ou qui tentent actuellement de faire tomber leur partenaire enceinte, parlez-en à votre médecin avant de commencer un traitement à la testostérone. La prise de testostérone fera baisser le nombre de spermatozoïdes pendant que vous prenez le médicament, et peut rarement entraîner des changements permanents dans le cas d'un traitement à long terme. Il existe d'autres médicaments qui peuvent être utilisés dans cette situation pour augmenter votre taux de testostérone et maintenir la production de sperme.

Enfin, certains hommes font état d'une amélioration de leur mémoire et de leur capacité à se concentrer pendant leur traitement à la testostérone. Les recherches suggèrent que les hommes ayant un faible taux de testostérone courent un risque accru de démence.

Effets secondaires de l'utilisation de la testostérone

La thérapie à la testostérone est généralement bien tolérée, mais il est important que votre professionnel de la santé surveille régulièrement les symptômes et les analyses sanguines. Les effets secondaires potentiels de la thérapie à la testostérone sont les suivants :

  • Irritation de la peau. Les éruptions cutanées ou les démangeaisons sont plus fréquentes avec le patch, et moins avec le gel de testostérone.
  • Changements à la peau. L'acné, l'augmentation de la pilosité corporelle et les rougissements du visage peuvent se produire avec n'importe quelle formulation, bien que ce soit plus fréquent avec les injections de testostérone.
  • Une douleur ou une inflammation au site d'injection avec des injections de testostérone. Ceci peut être associé à des ecchymoses, des saignements ou des rougissements de la zone. Certaines personnes peuvent avoir une réaction allergique aux injections de testostérone à action prolongée, c'est pourquoi vous devrez être observé pendant un certain temps dans le cabinet de votre professionnel de la santé.
  • Seins augmentés de volume ou douloureux. La sensibilité des seins ou l'augmentation de leur volume (gynécomastie) peuvent se produire avec n'importe quelle formulation de testostérone.
  • Problèmes de respiration pendant le sommeil (apnée du sommeil). L'apnée du sommeil peut s'aggraver, en particulier avec les injections. Assurez-vous d'en discuter avec votre médecin avant de commencer le traitement.
  • Diminution de la production de spermatozoïdes. Il s'agit généralement d'un effet temporaire pendant la prise du médicament, mais il peut s'écouler jusqu'à 12 mois avant que le nombre de spermatozoïdes ne revienne à la normale après l'arrêt du traitement à la testostérone. C'est rare, mais le nombre de spermatozoïdes peut ne pas se rétablir même après l'arrêt du traitement, en particulier pour les hommes qui suivent un traitement de testostérone de longue durée (plus de 12 mois).
  • Augmentation du nombre de globules rouges, de l'hématocrite ou de l'hémoglobine. Le risque est le plus élevé avec les injections de testostérone, en particulier lorsque les taux de testostérone sont beaucoup plus élevés que l’intervalle considéré normal de testostérone. C'est pourquoi il est important que votre médecin vérifie régulièrement votre taux de testostérone et votre numération globulaire.
  • Problèmes de foie. Une augmentation temporaire des enzymes hépatiques peut se produire. Certains patients peuvent présenter une augmentation des enzymes hépatiques. Ces changements disparaissent généralement lorsque vous cessez de prendre de la testostérone. Si vous avez des antécédents de maladie du foie, informez votre médecin avant de commencer un traitement à la testostérone.
  • La testostérone peut faire l'objet d'abus, lorsqu'elle est prise à des doses supérieures à celles prescrites et lorsqu'elle est utilisée avec d'autres stéroïdes androgèniques anabolisants. L'abus peut entraîner de graves effets secondaires cardiaques et psychologiques.
  • Changement d'humeur. Parlez à un professionnel de la santé si vous avez des changements d'humeur ou de comportement, notamment une dépression nouvelle ou qui s'aggrave, ou des pensées suicidaires.
  • Gonflement des chevilles, des pieds ou du corps, avec ou sans insuffisance cardiaque. Cela peut entraîner de graves problèmes pour les personnes souffrant de maladies cardiaques, rénales ou hépatiques.

Qu'en est-il des autres effets secondaires?

  • Cancer de la prostate. À l'heure actuelle, il n'existe pas de preuve d'un lien entre la suppléance à la testostérone et le cancer de la prostate. Avant de commencer un traitement à la testostérone, un professionnel de la santé doit effectuer un test sanguin appelé APS si vous avez plus de 40 ans, et doit le surveiller pendant que vous prenez de la testostérone. Chez les hommes ayant des antécédents de cancer de la prostate, parlez à votre médecin des risques du traitement à la testostérone.
  • Les caillots de sang. Il n'y a pas de preuves solides qui lient la thérapie à la testostérone à un risque accru de caillots sanguins qui pourraient conduire à une thrombose veineuse profonde ou à une embolie pulmonaire. Si vous avez des antécédents personnels ou familiaux de caillots sanguins, consultez votre médecin avant de commencer un traitement à la testostérone.
  • Événements cardio-vasculaires. À l'heure actuelle, il n'existe pas de preuves solides que la thérapie à la testostérone augmente ou diminue le risque de crise cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral. Si vous avez des antécédents dans l'un ou l'autre de ces cas, consultez votre médecin avant de commencer le traitement. Si vous présentez des symptômes de crise cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral pendant votre traitement à la testostérone, consultez immédiatement un médecin.

Options de traitement

Il existe cinq formes générales de thérapie à la testostérone : topique (patchs et gels), orale (par la bouche), intranasale (par le nez), en pastille sous la peau et en injections. Chaque méthode est efficace, mais certaines peuvent mieux s'adapter à votre mode de vie.

  • Topique (patchs et gels). La testostérone est disponible sous forme de gel, de crème, de liquide ou de patchs topiques. La plupart des médicaments topiques durent environ quatre jours, mais certains doivent être appliqués quotidiennement. Vous devez éviter de vous laver la région jusqu'à la prochaine dose et vous assurer de vous laver les mains. Les femmes et les enfants doivent éviter de toucher cette zone car ils peuvent absorber le médicament par leur peau.
  • Oral (par la bouche). La testostérone n'est actuellement pas disponible sous forme de pilule aux États-Unis, car elle peut avoir des effets nocifs sur le foie. Elle est disponible sous forme de patch que vous placez contre votre gencive, juste à côté de vos dents de devant. Il ne faut pas l'avaler. Le médicament doit être appliqué toutes les 12 heures.
  • Intranasale (par le nez). Cette forme de testostérone se présente sous forme de gel. Elle est appliquée à l'aide d'une pompe dans chaque narine trois fois par jour.
  • Pastilles (placées sous la peau). Un professionnel de la santé vous placera des pastilles de testostérone sous la peau, dans la zone des fesses, dans son cabinet. Vous recevrez un médicament anesthésiant dans cette zone, et une petite coupure (moins d'un pouce) sera effectuée dans la peau pour appliquer les pastilles sous le tissu adipeux. Il s'agit d'un médicament à action prolongée qui est libéré lentement au fil du temps et qui devra être réappliqué tous les 3 à 6 mois.
  • Injection. Il existe des formes de testostérone injectable à courte et longue durée d'action. Elles sont injectées sous la peau ou dans le muscle. Un professionnel de la santé vous apprendra à effectuer des injections à court terme à domicile, soit une fois par semaine, soit toutes les deux semaines. Certaines des injections à action prolongée doivent être effectuées dans le cabinet de médecin afin que vous puissiez être suivi pendant un certain temps par la suite. Ces injections sont effectuées à 4 semaines d'intervalle pour les deux premières injections, puis toutes les 10 semaines.

Mise en garde concernant la thérapie à la testostérone

Les hommes doivent faire preuve de prudence avec les cliniques de santé masculine qui annoncent la thérapie à la testostérone comme une panacée ou la fontaine de jouvence. Si la thérapie à la testostérone présente de nombreux avantages, elle comporte également des risques, notamment si vous n'êtes pas suivi de manière appropriée. La thérapie à la testostérone ne remplace pas le régime alimentaire, l'exercice physique et l'activité physique, qui auront des avantages durables sans les risques. Vous ne devez pas prendre de testostérone obtenue sans ordonnance du médecin. Tout professionnel de la santé prescrivant de la testostérone doit contrôler votre taux de testostérone et les tests du laboratoire de sécurité tous les 6 à 12 mois. Si votre taux de testostérone est supérieur à la normale, votre médecin doit diminuer la dose, réduire la fréquence ou changer la forme de testostérone que vous prenez.

Surveillance pendant la prise de testostérone

Pendant votre traitement à la testostérone, vous devez faire l'objet d'un suivi régulier avec votre médecin. Une fois que vous avez atteint un taux de testostérone stable dans l’intervalle normal, vous devez faire des tests sanguins tous les 6 à 12 mois. Ces analyses porteront sur le taux de testostérone total, l'hématocrite, le taux d'APS et tout autre test de laboratoire supplémentaire recommandé par votre médecin.

Conditions connexes

  • Dysfonction érectile
    • Il est fréquent que les hommes ayant un faible taux de testostérone puissent également souffrir de dysfonction érectile (difficulté à obtenir ou à maintenir une érection). Le rétablissement d'un faible taux de testostérone à un niveau normal peut améliorer la qualité de vos érections. Il existe également de nombreuses autres causes de dysfonction érectile. L'amélioration du taux de testostérone peut ne pas être suffisante pour traiter les problèmes d'érection, et vous pouvez bénéficier de médicaments supplémentaires pour traiter vos érections.
  • Obésité
    • Les hommes obèses sont plus susceptibles d'avoir un faible taux de testostérone. La perte de poids, même sans traitement à la testostérone, améliore le taux de testostérone naturel. La thérapie à la testostérone peut vous aider à améliorer votre humeur, votre niveau d'énergie et votre endurance physique pour vous permettre de commencer un programme de perte de poids. À mesure que vous améliorez votre condition physique et que vous augmentez votre masse musculaire maigre, votre corps commencera à produire plus de testostérone, au point que vous pourrez peut-être interrompre la thérapie à la testostérone.
  • Apnée du sommeil
    • L'apnée du sommeil est associée à un faible taux de testostérone, à l'obésité, à une dysfonction érectile et à une diminution du désir sexuel. Si vous souffrez d'apnée du sommeil non traitée, vous devez discuter des risques d'une thérapie à la testostérone avec votre médecin, car elle peut aggraver votre état.
  • Diabètes
    • Un tiers des hommes atteints de diabète de type 2 ont également un faible taux de testostérone. La thérapie à la testostérone peut aider au contrôle de la glycémie et peut contribuer à abaisser le taux d'hémoglobine A1c. L'obésité est le principal facteur de risque du diabète de type 2. La perte de poids permettra d'améliorer le contrôle de la glycémie et d'augmenter la production naturelle de testostérone.
  • Maladies cardiovasculaires
    • Un faible taux de testostérone est un facteur de risque de maladie cardiovasculaire, comme une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral. Il n'existe actuellement aucune preuve que la thérapie à la testostérone augmente ou diminue le risque de crise cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral. Les hommes ayant des antécédents de crise cardiaque ou d'AVC doivent attendre trois à six mois avant de commencer un traitement à la testostérone.
  • Cancer de la prostate
    • Il n'existe pas de preuves solides que la thérapie à la testostérone provoque le cancer de la prostate. Le risque de cancer de la prostate augmente avec l'âge, tout comme l'incidence d'un faible taux de testostérone augmente avec l'âge. C'est pourquoi les hommes de plus de 40 ans devraient subir un test APS (test sanguin pour le dépistage du cancer de la prostate) et un toucher rectal avant de commencer un traitement à la testostérone. Si le taux APS est élevé, vous devez en discuter avec un urologue qui peut recommander des tests supplémentaires.
    • Les hommes ayant des antécédents de cancer de la prostate et un faible taux de testostérone peuvent envisager une thérapie à la testostérone. Discutez-en avec votre médecin avant de commencer, car elle peut ne pas être sécuritaire selon le type de cancer de la prostate et la date à laquelle vous avez été traité pour ce cancer.