Hyperplasie Bénigne de la Prostate

Aperçu

Si vous avez dépassé l’âge mûr, il y a de fortes chances que vous soyez atteint ou que vous puissiez développer une maladie connue sous le nom d’hyperplasie bénigne de la prostate (HBP). Cette condition non cancéreuse touche environ 40 % des hommes dans la cinquantaine, 60 % des hommes dans la soixantaine et plus de 80 % des hommes dans la quatre-vingtaine. Vous pouvez être atteint d'HPB sans présenter de symptômes urinaires, mais de nombreux hommes atteints d'HBP présentent des symptômes urinaires. Chez les hommes qui ont des problèmes urinaires, ces symptômes sont appelés symptômes du bas appareil urinaire (SBAU). Ces symptômes peuvent perturber le sommeil et les activités quotidiennes normales.

Le fait d'avoir une prostate augmentée de volume n'augmente pas le risque de cancer de la prostate, bien qu'il soit possible d'avoir à la fois une HBP et un cancer de la prostate. Dans le cas de l'HBP, la croissance des cellules se fait principalement à l'intérieur de la prostate qui entoure l'urètre. Cette croissance est bénigne (non cancéreuse). Le cancer de la prostate a tendance à se développer plus fréquemment dans la zone périphérique de la prostate.

Symptômes

Une prostate augmentée de volume peut entraver l'écoulement de l'urine puisque le tube qui transporte l'urine (l'urètre) passe au milieu de la prostate.

Ce ne sont pas tous les hommes qui ont des problèmes à cause d'une hyperplasie de la prostate. Les hommes qui ont des problèmes urinaires peuvent présenter une variété de symptômes différents, dont beaucoup peuvent être frustrants et inconfortables. Ces symptômes se caractérisent souvent par des symptômes de vidange (obstructifs) et des symptômes de stockage (irritatifs). Les symptômes de vidange comprennent un jet faible, une sensation de vidange incomplète, une difficulté à démarrer le jet urinaire (hésitation), et le démarrage et l'arrêt du jet urinaire (intermittence). Les symptômes de stockage font référence à la difficulté qu'a la vessie à stocker l'urine en raison de la prostate augmentée de volume et comprennent des mictions fréquentes, l'urgence d'uriner et le fait de se lever fréquemment la nuit pour uriner (nycturie). Chez les hommes qui présentent des symptômes urinaires, ils s'aggravent généralement avec l'âge.

La prostate augmentée de volume peut ne pas provoquer que des symptômes urinaires. Les hommes peuvent également souffrir d'infections urinaires, de calculs vésicaux, de sang dans les urines (hématurie) ou, dans les cas graves, de lésions rénales en raison de la prostate augmentée de volume.

Causes

La fonction de la prostate est de sécréter la majeure partie du liquide éjaculatoire. Elle se trouve à la base de la vessie, là où celle-ci se vide. Avec l'âge, la prostate peut s'élargir ou subir des changements de sorte qu'elle appuie sur l'urètre, ce qui entraîne des problèmes de miction.

L'HBP est causée par une augmentation du nombre de cellules dans la prostate. Cette augmentation est contrôlée par plusieurs facteurs, dont les gènes, les hormones, la composition corporelle et l'âge de l'homme. Les hommes peuvent avoir une très grosse prostate (beaucoup de cellules) ou une plus petite prostate (moins de cellules au total). La taille de la prostate et les symptômes urinaires qui en résultent ne sont pas toujours en corrélation : certains hommes ont une prostate volumineuse et des symptômes minimes ou nuls, tandis que d'autres ont une petite prostate mais des symptômes urinaires graves.

Les symptômes urinaires chez l'homme peuvent être causés par des problèmes autres qu'une prostate augmentée de volume. Des problèmes neurologiques comme une lésion de la moelle épinière, la maladie de Parkinson ou un accident vasculaire cérébral peuvent également provoquer des symptômes urinaires. D'autres causes peuvent être le cancer de la vessie, des infections de la vessie ou de la prostate, ou des changements bénins (non cancéreux) à la vessie et à la prostate elle-même (type, sensibilité et nombre de récepteurs). Si vous pensez que vos symptômes urinaires ne sont pas uniquement liés à une hyperplasie bénigne de la prostate, vous devez en discuter avec votre médecin. La plupart des problèmes mentionnés ci-dessus font l'objet de tests simples qui permettent de s'assurer que vos symptômes ne sont pas uniquement liés à une hyperplasie bénigne de la prostate.

Diagnostic

Si vous avez des symptômes urinaires, vous pouvez être atteint d'HBP. Si vous avez des symptômes urinaires, vous devez le mentionner à votre médecin ou vous pouvez prendre un rendez-vous pour consulter un urologue. De nombreux médecins généralistes se sentent à l'aise pour traiter les hommes présentant des symptômes urinaires liés à l'HBP, et il n'est peut-être pas nécessaire de consulter un urologue si vous présentez des symptômes urinaires.

Votre médecin commencera probablement par prendre connaissance de vos antécédents médicaux. Il vous posera notamment des questions sur vos mictions et les problèmes médicaux qui y sont liés. L'examen physique comprendra probablement un toucher rectal (TR), au cours duquel le médecin insérera un doigt ganté et lubrifié dans votre rectum pour palper la taille de la prostate et toute anomalie. Votre urine sera également examinée afin de détecter diverses conditions, notamment une infection de la vessie (infection des voies urinaires). Votre médecin peut prélever un échantillon de sang pour vérifier votre antigène prostatique spécifique (APS), une mesure qui augmente avec les troubles de la prostate et, dans certains cas, le cancer de la prostate. Ce ne sont pas tous les médecins qui utilisent le test de l'APS chez les hommes, et si vous êtes préoccupé par le cancer de la prostate, vous devriez demander à votre médecin de vous faire passer un test de l'APS.

Dans certains cas, votre médecin peut ordonner un test pour vérifier la vitesse de votre jet urinaire ou utiliser une échographie pour vérifier la quantité d'urine restante dans la vessie après que vous ayez uriné. Ces mesures peuvent aider le médecin à déterminer l'étendue de votre obstruction des voies urinaires.

Pour évaluer vos symptômes, votre médecin peut utiliser l'une des deux aides bien connues : le « score des symptômes AUAS » (voir ci-dessous ), qui a été développé par l'Association américaine d'urologie (AUA) ou le score international des symptômes de la prostate (IPSS) développé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). L'IPSS est identique à l'indice des symptômes de l'HBP, sauf qu'en plus des sept questions à choix multiple sur les symptômes urinaires, il en contient une huitième sur la gêne que vous ressentez. Vos réponses aux questions peuvent aider votre médecin à déterminer la nature et la gravité de vos SBAU et la façon dont ils peuvent être liés à l'HBP.

Si vos symptômes sont mineurs et que vous ne présentez pas d'infection urinaire ou de signes de lésion des voies urinaires, votre médecin peut vous suggérer une période de surveillance des symptômes sans traitement immédiat. Si, toutefois, vous avez des symptômes gênants qui sont modérés à graves, votre médecin discutera des options de traitement ou vous référera à un urologue.

Traitement

Ce ne sont pas tous les hommes atteints d'HBP qui ont besoin d'un traitement. Certains hommes ne présentent aucun symptôme urinaire malgré une hyperplasie bénigne de la prostate. D'autres hommes ne trouvent pas les symptômes suffisamment gênants pour commencer un traitement. Cependant, pour les hommes dont les symptômes sont suffisamment importants pour justifier un traitement, il existe de nombreuses possibilités de médicaments et de procédures.

Vous trouverez ci-dessous certains des médicaments traditionnels utilisés pour traiter les symptômes de l'HBP. Dans certains cas, une combinaison de médicaments peut être utilisée.

  • Inhibiteurs de la 5-alpha réductase : Ces médicaments déclenchent des changements hormonaux qui font rétrécir une prostate hypertrophiée.
  • Des bloqueurs alpha : Ces médicaments agissent pour détendre les cellules musculaires lisses de la prostate. Lorsque la prostate est plus détendue, la pression exercée sur l'urètre est moindre.
  • Inhibiteurs de la phosphodiestérase : Le tadalafil a été approuvé à l'origine pour le traitement de la dysfonction érectile (DE). Ce médicament s'est avéré efficace pour les hommes présentant à la fois des symptômes d'HBP et de DE.

Il existe une variété d'options procédurales ou chirurgicales pour les hommes atteints d'HBP. Les traitements mini-invasifs (MIST) sont des procédures de bureau visant à traiter l'hypertrophie de la prostate, bien qu'ils puissent toujours être effectués en salle d'opération. Les procédures plus invasives sur la prostate sont également abordées ci-dessous.

Deux MIST plus anciennes utilisent toutes deux la chaleur pour rétrécir la prostate. Les procédures sont réalisées par une approche transurétrale, c'est-à-dire qu'elles sont faites par l'ouverture à l'extrémité du pénis, et qu'aucune incision n'est faite.

  • Thermothérapie micro-ondes transurétrale de la prostate (TUMT) : Ce traitement utilise une antenne à base de cathéter pour émettre de la chaleur par micro-ondes dans la prostate. Le tissu chauffé se réduit ensuite avec le temps, ce qui entraîne un rétrécissement de la prostate.
  • Ablation de la prostate à l'aiguille transurétrale (TUNA). Comme le TUMT, le TUNA consiste à chauffer le tissu prostatique afin de réduire la taille de la prostate. Cette technique utilise une énergie de radiofréquence délivrée par des aiguilles insérées dans le tissu prostatique.

De nouvelles MIST sont fréquemment introduites. Elles sont également réalisées de manière transurétrale.

  • Soulèvement prostatique de l'urètre (Urolift™) : Les implants sont placés de l'urètre à la partie extérieure de la prostate. Ils compriment la prostate, ouvrant ainsi l'urètre.
  • Thérapie par vapeur d'eau délivrée par convection (Rezum™) : L'énergie des radiofréquences est utilisée pour transformer l'eau en vapeur qui est ensuite injectée dans la prostate. La vapeur entraîne la mort des cellules de la prostate, ce qui permet à la prostate de rétrécir.

Les traitements chirurgicaux ne se font pas dans un bureau, mais dans la salle d'opération.

  • Résection transurétrale de la prostate (TURP) : souvent considérée comme la « référence » car cette procédure existe depuis des décennies et donne des résultats fiables. Une anse électrifiée est utilisée pour couper la partie interne de la prostate en copeaux qui sont ensuite retirées à travers le cystoscope.
  • Incision transurétrale de la prostate (TUIP) : Cette procédure consiste à pratiquer une ou deux incisions (coupures) dans la prostate pour ouvrir la prostate. Elle n'est pas recommandée pour les hommes dont la prostate est plus volumineuse.
  • Vaporisation de la prostate par laser : Un laser est utilisé pour fournir de l'énergie à la prostate afin de vaporiser le tissu (le transformer en fumée). La prostate se rétrécit. De nombreux lasers différents ont été utilisés pour cela dans le passé, mais le laser le plus couramment utilisé actuellement a une longueur d'onde qui interagit avec le sang dans les vaisseaux sanguins pour provoquer la vaporisation.
  • Énucléation de la prostate au laser : Différents lasers peuvent être utilisés pour cette procédure. La partie interne de la prostate est retirée de la partie externe, puis poussée dans la vessie. Un morcellateur est utilisé pour transformer les lobes en plus petits morceaux qui peuvent être retirés à travers le cystoscope. Cette procédure peut être pratiquée chez les hommes ayant une prostate de n'importe quelle taille.
  • Prostatectomie simple : cette procédure consiste à retirer entièrement la partie interne de la prostate. Elle peut être effectuée de manière ouverte avec une incision dans le bas-ventre ou de manière robotisée avec de multiples petites incisions dans l'abdomen. Ces procédures sont généralement utilisées pour les hommes ayant une très grosse prostate.