Éjaculation précoce

Aperçu

Comment se produit l'éjaculation?

La stimulation sexuelle (physique et/ou mentale) stimule les nerfs du pénis à envoyer des messages chimiques à la moelle épinière et au cerveau. Les substances chimiques du cerveau aident à transmettre les messages de stimulation dans tout le cerveau, tandis que les signaux nerveux du cerveau transmettent ces messages au reste du corps par l'intermédiaire de la moelle épinière jusqu'aux organes reproducteurs masculins. Lorsqu'un homme atteint un certain niveau d'excitation au cours de ce processus, les messages chimiques et nerveux envoyés au bassin provoquent l'éjaculation. Quoique pas entièrement compris, il semblerait que la molécule chimique « sérotonine » joue un rôle majeur dans ce processus.

L'éjaculation est la libération de sperme du pénis. L'éjaculation comporte principalement deux phases. Le premier processus par lequel les composants du sperme sont libérés des organes reproducteurs masculins (prostate, vésicule séminale, canal déférent) est appelé émission. Au cours de ce processus, le sperme est déposé dans l'urètre (canal urinaire). La deuxième phase (éjaculation proprement dite, évacuation) est un réflexe qui provoque des contractions rythmées des muscles péri-urétraux, qui propulsent le sperme à travers l'urètre et du pénis.

Quels sont les composantes du sperme?

Le sperme est le liquide qui se libère du pénis lors de l'éjaculation. Le sperme est composé de deux parties : 1) les spermatozoïdes du canal déférent et 2) le liquide séminal qui contient du liquide provenant principalement de la prostate et des vésicules séminales.

Chaque fois qu'un homme éjacule, entre 50 et 500 millions de spermatozoïdes sont généralement libérés. Cependant, ils ne représentent qu'environ 2 à 5 % du volume du sperme. La majorité du sperme est composée de la partie liquide de l'éjaculat du sperme. Les hommes produisent entre 1 ml et 5 millilitres de sperme lors de chaque éjaculation.

Qu'est-ce que l'éjaculation précoce (EP)?

L'éjaculation précoce est une éjaculation rapide en réponse à une stimulation minimale avant, au moment ou peu après la stimulation sexuelle, mais avant que l'homme ne le souhaite, et sur laquelle l'homme a le sentiment de n'avoir que peu ou pas de contrôle. Il est important de reconnaître que l'éjaculation précoce est un diagnostic subjectif et prend en considération la satisfaction du patient et du partenaire.

L’EP est-elle fréquente?

L'EP est le dysfonctionnement sexuel le plus souvent signalé par les hommes, mais il est encore sous-diagnostiqué et sous-traité. Il est difficile d'estimer la prévalence de l'EP car de nombreux hommes ne veulent pas en parler, alors que d'autres ne perçoivent même pas qu'ils ont une EP. Des recherches récentes indiquent que 25 à 30 % des hommes sont affectés par l'EP. L'EP peut survenir à tout âge et sa prévalence est constante à travers tous les groupes d’âges.

Symptômes

L'EP peut être innée ou acquise. L'EP primaire concerne les hommes qui ont eu ce problème sexuel depuis leur premier rapport sexuel. L'EP secondaire concerne les hommes qui ont eu un contrôle de l'éjaculation à un moment donné, mais qui ont commencé à avoir des problèmes d'EP plus tard dans leur vie, parfois même après des années de relations sexuelles satisfaisantes, sans explication.

L'EP peut avoir un large impact sur de nombreux aspects de la vie d'un homme. Les hommes victimes d'une EP peuvent souffrir d'anxiété, de gêne, d'insuffisance, de dépression, de colère et de culpabilité. L'EP peut provoquer à la fois un stress personnel et un stress dans une relation. Dans une étude, les hommes ayant subi une EP étaient moins satisfaits des actes sexuels et de leur relation sexuelle et souffraient davantage de problèmes d'anxiété et d'excitation sexuelles que les hommes n'ayant pas subi d'EP.

Certains hommes ayant une EP ont du mal à rester dans une relation ou peuvent avoir peur d'en commencer de nouvelles. Les partenaires éprouvent parfois de la frustration et de la colère. En outre, de nombreux couples ne discutent pas du problème et il peut y avoir une rupture de l'intimité entre eux.

Causes

Malheureusement, l’étiologie de l'EP est généralement inconnue. Historiquement, l'EP était considérée comme un trouble psychologique, mais les chercheurs suggèrent maintenant que la plupart des cas sont multifactoriels et que des facteurs psychologiques et physiques y contribuent.

De nombreux chercheurs pensent que l'éjaculation précoce, du moins chez certains hommes, peut être due à un déséquilibre chimique ou à des modifications de la sensibilité des récepteurs dans le cerveau ou la moelle épinière.

De nombreux hommes souffrant d'EP souffrent également de dysfonctionnement érectile (DE). Une relation proposée entre le DE et l'EP est que des érections mal soutenues peuvent entraîner des changements de comportement dans lesquels l'EP peut se développer. En d'autres termes, les hommes souffrant de DE peuvent apprendre à éjaculer rapidement pour jouir avant de perdre leur érection. La relation exacte entre ces deux conditions reste inconnue.

Diagnostic

Bien qu'il n'existe pas de directives spécifiques pour le diagnostic ou le traitement de l'EP, le diagnostic de l'EP est principalement basé sur une histoire sexuelle détaillée qui inclus :

  • La perception qu'ont les patients de leur contrôle sur l'éjaculation. Est-il faible, moyen ou bon?
  • Le délai dans lequel il éjacule. Moins d'une minute? Plus de 2 minutes?
    • La majorité des hommes qui s'identifient comme ayant une EP éjaculeront en moins de 2 minutes.
    • La majorité des hommes qui s'identifient comme n'ayant PAS d'EP éjaculeront après 2 minutes.
    • L'EP est considérée comme une éjaculation précédant les souhaits des deux partenaires sexuels (qui peuvent varier considérablement d'un couple à l'autre); aucune limite de temps précise n'a été fixée quant à la durée appropriée du contact sexuel avant d'atteindre l'orgasme, bien que la FDA, dans son évaluation des médicaments pour l'EP, utilise 2 minutes comme ligne directrice. Il a été démontré que le temps estimé par les patients pour l'éjaculation (connu sous le nom de temps de latence éjaculatoire) est étonnamment précis.
  • Que le court temps de latence éjaculatoire est une source de détresse pour lui ou pour son/sa partenaire.
  • Que le court temps de latence éjaculatoire interfère avec la satisfaction des relations sexuelles pour lui ou le couple.
  • Si cette condition a duré toute la vie ou si elle est survenue plus récemment. L'EP innée est appelée EP primaire et l'EP récemment acquise est appelée EP secondaire. Si l'apparition du problème est plus récente, y a-t-il des facteurs déclenchants?
  • La fréquence de l'EP. Un cas occasionnel d'EP peut ne pas être préoccupant, mais si le problème survient plus de 50 % du temps, il existe généralement une routine pour laquelle un traitement peut être approprié.

Bien qu'un examen physique soit souvent effectué (comprenant un examen abdominal et génital et éventuellement un examen de la prostate), il aide généralement peu au diagnostic de l'EP.

Certains hommes peuvent ne pas savoir s'ils ont un DE ou une EP. Le DE est l'incapacité d'un homme à atteindre ou à maintenir une érection pendant la durée d'un rapport sexuel. L'EP, quant à elle, se produit lorsqu'un homme et/ou son/sa partenaire perçoivent qu'ils atteignent l'orgasme et éjaculent trop rapidement et avec peu de contrôle.

En d'autres termes, l'EP est une éjaculation avant qu'un homme et son/sa partenaire ne le veuillent. Il y a cependant des hommes qui développent une EP en raison d'une mauvaise capacité à maintenir une érection. Dans cette situation, ils se conditionnent pour atteindre l'orgasme/l'éjaculation plus rapidement afin de pouvoir le faire avant de perdre leur érection. Le traitement de cette situation commence par le traitement du problème érectile en premier. Avec un traitement, de nombreux hommes peuvent résoudre le problème d'EP. Faire la différence entre les deux conditions est une étape très importante pour les patients et les médecins. Un médecin expérimenté devrait être capable de définir le vrai problème relativement facilement.

Il est également important de reconnaître qu'après l'éjaculation, il est normal que les érections s'estompent. La « période réfractaire », c'est-à-dire le temps qui s'écoule entre l'orgasme et le moment où un homme peut à nouveau avoir une érection, varie d'une personne à l'autre et peut augmenter avec l'âge. Certains hommes souffrant d'EP peuvent penser qu'ils ont une dysfonction érectile en raison de leur incapacité à retrouver rapidement une érection. Cependant, il s'agit de la réaction normale du corps après l'éjaculation.

Traitements

Quels sont les types de traitement disponibles pour l'EP?

  • Médicaments
  • Traitement physique et psychologique

Quel type de médecin s'occupe de l'EP?

De nombreux types de spécialistes s'intéressent à la médecine sexuelle et à l'EP. La première ressource serait les membres de cette société car ils sont tous engagés dans l'excellence de la médecine sexuelle et ont une partie importante de leurs pratiques consacrées à ce domaine. Mais si ce n'est pas possible, un urologue ou un professionnel de la santé mentale (sexologue, psychologue, psychiatre) sont généralement les principaux spécialistes auxquels il faut s'adresser pour le traitement de l'EP.

N'oubliez pas que les psychologues ne peuvent pas prescrire de médicaments, donc si un patient souhaite essayer un médicament sur ordonnance, il devra consulter un médecin (urologue, psychiatre ou même un médecin de famille). Il est à noter que le médecin de famille typique peut ne pas être familier avec le traitement de l'EP, mais le simple fait de lui demander est un bon moyen de le savoir. S'il n'est pas à l'aise avec le traitement de l'EP, il peut vous référer à un expert local.

Quels sont les médicaments actuellement disponibles pour l'EP?

Il n'existe aucun médicament approuvé par la FDA indiqué pour le traitement de l'EP, bien qu'il existe actuellement un certain nombre de traitements utilisés pour gérer l'EP.

Les risques et les avantages de toutes les options de traitement ci-dessous doivent être discutés entre le soignant et le patient, car la satisfaction du patient et du partenaire est l'objectif principal du traitement de l'EP.

  • Traitements de désensibilisation : ils visent à réduire la sensibilité du pénis juste avant les relations sexuelles. Il convient de mentionner qu'il n'existe aucune preuve que les hommes souffrant d'EP ont une sensibilité du pénis différente de celle des hommes sans EP. Bien que ces techniques fonctionnent pour certains hommes ayant une EP légère, elles peuvent entraîner une réduction de la sensibilité de sorte que la satisfaction sexuelle pendant l'intimité est également réduite. Peu de recherches ont été menées sur ces techniques et leurs véritables avantages. Les techniques utilisées par certains hommes sont les suivantes :
    • Utilisation de préservatifs : l'utilisation d'un seul préservatif peut réduire suffisamment la sensibilité pour faire une différence dans le contrôle de l'éjaculation chez certains hommes. L'utilisation de plusieurs condoms, cependant, réduit la sensibilité, potentiellement au point où la sensation pendant les relations est moins que satisfaisante pour les hommes.
    • Utilisation de pommades, crèmes ou mousses de désensibilisation : les anesthésiques locaux comme les crèmes à la lidocaïne/prilocaïne peuvent être appliqués sur la tête du pénis (le gland) 30 minutes avant le rapport sexuel. La plupart de ces traitements fonctionnent le mieux en étant appliqués et ensuite lavés 5 à 10 minutes avant les relations sexuelles pour éviter le transfert au partenaire. Certains de ces traitements peuvent être combinés avec des préservatifs.
    • Masturbation avant le rapport sexuel : de nombreux hommes souffrant d'EP, même ceux qui ont une EP primaire (innée), ont un bien meilleur contrôle de l'éjaculation s'ils ont des rapports sexuels une deuxième fois dans un court laps de temps après le premier rapport. Certains hommes utilisent la masturbation dans les heures qui précèdent l'intimité prévue comme moyen d'améliorer le contrôle de l'éjaculation.
  • Options de traitement non approuvées par la FDA : un certain nombre de médicaments en vente libre et sur ordonnance ont été utilisés pour l'EP:
    • Les thérapies à base de plantes : il n'existe actuellement aucune étude qui démontre l'efficacité des produits à base de plantes (également appelés nutriceutiques). Beaucoup de ces produits contiennent des androgènes (testostérone, DHEA et androstènedione) dont l'utilisation peut être inappropriée pour certains hommes. En outre, certains produits à base de plantes utilisés pour la santé sexuelle masculine contiennent les ingrédients actifs du Viagra et du Cialis, ce qui est préoccupant pour les hommes qui prennent des médicaments contenant de la nitroglycérine, car la consommation de ces produits ensemble peut être mortelle.
    • Inhibiteurs de la PDE-5 : des médicaments tels que Viagra®, Levitra® et Cialis® ont été utilisés par certains hommes pour l'EP. Des études suggèrent qu'ils pourraient aider certains hommes souffrant d'EP. Les scientifiques ne savent pas exactement pourquoi ces médicaments seraient efficaces chez les hommes souffrant d'EP. Cependant, il est généralement estimé que ces médicaments peuvent aider les hommes souffrant d'EP qui ont également un DE.
    • Médicaments antidépresseurs : Les antidépresseurs ont été utilisés pour le traitement de l'EP. Le Prozac®, le Paxil® et le Zoloft® ont été utilisés avec un certain succès pour cette condition. Bien qu'aucun antidépresseur n'ait été spécifiquement utilisé pour traiter l'EP, il a été démontré que plusieurs semaines de traitement avec certains de ces médicaments aident de nombreux hommes souffrant d'EP. Plusieurs semaines de traitement sont nécessaires pour que ces médicaments soient efficaces. Certains hommes peuvent éventuellement passer à un traitement "selon les besoins" plutôt qu'à un dosage quotidien. Les inconvénients de ces médicaments comprennent la nécessité d'une utilisation quotidienne chez de nombreux hommes (lorsque les hommes arrêtent de les utiliser, ils peuvent recommencer à avoir une éjaculation rapide), la stigmatisation du fait qu'il s'agit de médicaments antidépressifs (par exemple, les pilotes de ligne ne sont pas autorisés à prendre ces médicaments et à voler) et les effets secondaires (somnolence, nausées, vertiges, sécheresse de la bouche et toute une série de problèmes sexuels, tels qu'une diminution ou une augmentation de l'intérêt sexuel, des problèmes d'éjaculation ou d'orgasme, et l'impuissance).

Quels sont les types de traitements psychologiques disponibles?

Techniques de distraction : des exercices mentaux distrayants pendant les rapports sexuels peuvent être utilisés pour aider l'EP (comme penser à des choses banales telles que le baseball, le travail, etc.). Ces techniques sont probablement plus utiles pour les hommes qui ont des EP occasionnelles ou pour les hommes qui ont des EP dans les premières étapes d'une nouvelle relation sexuelle. Pour les hommes ayant une EP de longue date, l'utilisation régulière de ces techniques interfère généralement avec la spontanéité et la satisfaction.

Thérapie psychologique : ces traitements sont utilisés depuis des décennies et sont associés à des succès chez de nombreuses personnes. Cependant, on peut se demander pendant combien de temps ces traitements sont efficaces. Par exemple, pour un homme qui a tiré profit des techniques décrites, quelle est la durée des effets bénéfiques? On estime que 25 % des hommes aidés par ces techniques conservent les avantages pendant deux ans après le début des traitements.

L'EP peut être à la fois attribuable à et la cause d'un stress psychologique ou d'autres problèmes de santé mentale et personnels. Les traitements psychologiques impliquent souvent des conseils ou une thérapie sexuelle qui peuvent inclure des discussions sur les relations et les expériences avec un professionnel de la santé mentale et/ou l'apprentissage d'outils pratiques. En étudiant les relations et les problèmes individuels qui peuvent être à l'origine de ou aggraver l'EP, les professionnels de la santé mentale peuvent aider à trouver des moyens efficaces de faire face et de résoudre les problèmes qui peuvent être à l'origine de l'EP. Pour de nombreux couples touchés par l'EP, la collaboration entre les deux partenaires et un thérapeute peut donner les meilleurs résultats.

Certaines thérapies psychologiques visent également à aider l'individu à trouver des moyens de contrôler l'éjaculation. Les professionnels de la santé peuvent fournir des instructions sur les techniques de distraction, et les techniques « d'arrêt-démarrage » et de « compression » qui permettent au patient de développer un sentiment de contrôle de l'éjaculation.

La méthode arrêt-démarrage aide l'individu à identifier les moyens de contrôler sa stimulation sexuelle et sa réponse éjaculatoire. Cette méthode exige que l'homme s'engage dans une stimulation sexuelle, avec ou sans son/sa partenaire, jusqu'à ce qu'il réalise qu'il est sur le point d'éjaculer. À ce moment, Il s'arrête alors pendant une trentaine de secondes, réduisant son envie d'éjaculer, puis recommence la stimulation sexuelle. Ces étapes sont répétées jusqu'à ce que l'éjaculation soit désirée. Dans la dernière étape de la séquence, la stimulation se poursuit jusqu'à ce que le point climax soit atteint.

La méthode du pincement implique également une stimulation sexuelle jusqu'à juste avant le « point de non-retour ». Lorsque l'homme sent qu'il est sur le point d'éjaculer, son/sa partenaire arrête la stimulation sexuelle et presse doucement le bout ou la base du pénis pendant plusieurs secondes. La stimulation est ensuite interrompue pendant 30 secondes, puis reprise. Le couple peut choisir de répéter la séquence autant de fois qu'il le souhaite, ou de continuer la stimulation jusqu'à ce que l'éjaculation soit désirée. Ces exercices sont peu utiles s'ils sont effectués par l'homme lui-même et nécessitent la participation du partenaire.

Comment trouver un psychologue expérimenté dans le traitement de l'EP?

Parler avec un prestataire de soins primaires est un bon point de départ. Il/elle pourra vous recommander des psychologues expérimentés dans le traitement de l'EP. Il existe toutes sortes de psychologues, il est donc recommandé de consulter un psychologue spécialisé dans la sexualité (par opposition à un spécialiste de la toxicomanie, de la thérapie familiale ou de la dépression). Vous pouvez également utiliser des ressources telles que ce site web, AASECT (www.aasect.org) et SSTAR (www.sstarnet.org) pour vous aider à trouver un psychologue du sexe près de chez vous.

Puis-je vivre avec une EP tout en satisfaisant mon/ma partenaire?

Il peut être possible d'avoir une vie sexuelle satisfaisante même en cas d'EP. L'expérience du sexe et de l'intimité ne commence pas avec la pénétration et ne se termine pas avec l'éjaculation masculine. Pour les hommes ayant des relations hétérosexuelles, il est intéressant de noter que des recherches récentes suggèrent que la plupart des femmes n'atteignent pas l'orgasme uniquement par la pénétration. Les préliminaires, y compris la stimulation du clitoris par masturbation mutuelle, le sexe oral et l'utilisation d'appareils sexuels, peuvent améliorer l'expérience de l'activité sexuelle, tant pour votre partenaire que pour vous. Des concepts similaires peuvent également être appliqués aux hommes dans des relations non hétérosexuelles. Il est important que les hommes gardent ces considérations à l'esprit s'ils ne souhaitent pas se faire soigner ou s'ils ont épuisé plusieurs options de traitement.